Jean-Marc Delerue

Jean-Marc Delerue

Bienvenue sur le blog de Jean-Marc Delerue !

jeanmarcdelerue

L' univers de la forêt

 

La forêt est le milieu terrestre qui concentre le plus grand nombre de formes de vie et d’espèces. Les forêts jouent un rôle essentiel dans les cycles de l’eau, du carbone et de l’oxygène.

Elle représente aujourd’hui 16,9 environ millions d’hectares, soit 31 % de la surface du pays, contre 14,1 en 1985.

C’est donc près d’un tiers de la France qui représente autant de territoire à découvrir et donc à explorer.

La forêt est la maison de nos plus lointains ancêtres, elle est véritablement le lieu de notre passé et nous relie à lui.

Avec 138 essences d’arbres, la forêt française métropolitaine compte près de 75% des essences présentes en Europe. Les départements et régions d’outre-mer (DROM) regorgent également d’une grande richesse écologique, avec plus d’un millier d’essences d’arbres. Une diversité qui s’explique par la variété des milieux et qui offre une précieuse richesse aux sylviculteurs.

Aller en forêt, c’est donc retrouver nos origines ; c’est aussi découvrir un autre monde, complètement différent et dépaysant.

Le monde végétal et le monde animal se ressemblent plus qu'on ne le pensait. Car les arbres sont eux aussi et à leur façon des êtres sensibles.

Il importe à l'heure actuelle d'assurer le développement durable des forêts et la protection de toutes les espèces, végétales et animales, qui constituent ces écosystèmes.

La forêt, ce n’est pas que des arbres, mais c’est aussi de nombreuses espèces d’animaux et de plantes, et notamment dans nos régions.

La forêt combine milieux denses, comme le sol et la cime des arbres, et milieu aéré des grands troncs de la futaie.

Cette diversité d'espaces est devenue, depuis la nuit des temps, un lieu d'habitats privilégiés pour la faune terrestre. Mammifères, oiseaux, insectes y ont trouvé un abri, de la nourriture et des partenaires.

Une hêtraie peut ainsi contenir plus de 5.000 espèces d'insectes qui parcourent le sous-sol, le sol et la cime des arbres.

L'écureuil, par exemple, passe d'un épicéa à un autre pour trouver des cônes à décortiquer.

Le renard sort de son terrier aménagé dans les racines d'un hêtre pour aller chasser jusqu'en bordure de plaine.

La femelle du papillon géométride, qui n'a pas d'ailes, quitte le sol et grimpe le long du tronc d'un chêne pour pondre ses œufs en novembre dans les bourgeons endormis.

Au printemps, les larves deviendront chenilles avec leur nourriture à portée de dents : les feuilles nouvelles et tendres.

Le sanglier, quant à lui, sera plus intéressé par l'accès rapide à la plaine avec ses cultures faciles à labourer pour trouver des graines, des larves et des souris.

Une centaine d'espèces d'oiseaux nichent régulièrement en forêt, soit près du tiers des 306 espèces qui se reproduisent en France métropolitaine.

Les pigeons entretiennent des relations étroites avec certaines essences, par exemple le Pigeon ramier et le merisier, le Merle noir et le lierre.

Le Geai des chênes, avec les glands, et le Cassenoix moucheté, avec les graines de mélèze ou d'Arolles, font des réserves pour l'hiver.

A cette fin, ils enfouissent en automne une quantité considérable de graines dans de multiples caches creusées dans le sol. Celles qui ne seront pas retrouvées ou qui ne seront pas entièrement consommées germeront, régénérant et étendant ainsi rapidement la forêt.

Partenaires puissants des équilibres biologiques de la forêt, les champignons interviennent dans le fonctionnement de l’écosystème forestier.

De toutes les formes, de toutes les couleurs, les champignons fascinent par leur diversité. On craint à juste titre les vénéneux, alors que les comestibles nous ravissent les papilles. Les champignons se comptent par milliers d'espèces. Le nombre d'espèces recensées à ce jour est d'environ 70.000.

Cyclistes, cavaliers, marcheurs, sportifs, rêveurs, tous en forêt !

Lire plus

jeanmarcdelerue

jeanmarcdelerue

jeanmarcdelerue

jeanmarcdelerue

La question écologique

La question écologique

La question écologique

Les fonctions principales de la forêt

Fonction économique : production de bois (bois d’œuvre, bois d’industrie, bois-énergie)

En France, la filière forêt-bois est une filière économique importante représentant environ 400 000 emplois, un chiffre supérieur à celui de l’industrie automobile. En fournissant 40 % du bois mis sur le marché en France, l’ONF est un acteur clé du développement de cette filière d’avenir, promue par l’Etat dans le cadre d’un plan stratégique national forêt bois.

Produire du bois dans le respect de l’accroissement naturel des forêts, c’est agir au service d’une économie locale et du maintien et de la création d’emplois ruraux non délocalisables. C’est aussi prendre pleinement part au défi de la transition écologique.

Matériau écologique et renouvelable, le bois s’impose aujourd’hui comme le matériau du 21e siècle et propose une alternative aux énergies fossiles. Bois construction, tonnellerie, développement des procédés de chimie verte, bois énergie… Autant de secteurs dans lesquels l’utilisation du bois se révèle un atout incontournable pour contribuer à une attractivité économique durable des territoires.

Fonction environnementale : protection de la biodiversité

Les forêts sont des réservoirs de biodiversité. Pour l’ONF, préserver ces espaces en conciliant enjeux économiques et écologiques est une nécessité pour garantir l’équilibre de nos écosystèmes et répondre au défi du changement climatique. Gestionnaire de 25 % des forêts publiques françaises, l’ONF veille chaque jour à intégrer cette exigence environnementale au cœur de ses pratiques de gestion forestière.

Entretien des zones humides, conservation d’arbres morts, création de réserves biologiques, gestion des zones Natura 2000… Sur l’ensemble du territoire, plus de 200 forestiers naturalistes spécialisés dans les thématiques faune-flore sont mobilisés sur le terrain pour mettre en œuvre, aux côtés des équipes locales de l’ONF, des actions en faveur du maintien et de la richesse de la biodiversité.

Cette exigence passe par la définition de règles préalables à toute intervention pour maintenir des écosystèmes riches et diversifiés. Elle constitue l’un des piliers de la « gestion durable des forêts ». Une action menée en partenariat avec les nombreux acteurs du territoire (associations, collectivités, État). 

Fonction sociale : paysage, accueil du public, protection de la ressource en eau
A l'heure où les citoyens sont de plus en plus concentrés dans les villes, les forêts sont des espaces de nature et de ressourcement particulièrement plébiscités. Près de 700 millions de visites sont enregistrées chaque année. Accueillir le public dans de bonnes conditions est l'une des missions de l'Office national des forêts. Sur le terrain, cette mission se traduit notamment par la création de sentiers, d'agrès sportifs, de parcours pédagogiques et thématiques, avec une forte attention portée au développement de l'accessibilité.

L'intégration de la dimension paysagère dans le cadre des travaux forestiers est aussi devenue une préoccupation majeure pour les équipes de l'ONF. Dans les zones périurbaines où la forêt est principalement vécue comme un espace récréatif, les citoyens se révèlent très attachés à ces lieux qu'ils considèrent trop souvent comme immuables. C'est oublier le temps long sur lequel travaillent les forestiers. « On ne nous croit pas car nous ne pouvons donner rendez-vous aux gens que dans cent ans », disait déjà en 1966 Christian Delaballe, premier directeur général de l'ONF. Pour l'Office, tout l'enjeu est de trouver le juste équilibre entre demande sociétale, enjeu de production de bois et préservation de la biodiversité.

Protection contre les risques naturels : chutes de blocs, avalanches, glissements de terrain, érosion…
Beaucoup l'ignorent, mais de nombreuses forêts en France ont été créées par l'homme pour stabiliser les sols et contribuer ainsi à garantir la sécurité des biens, des personnes et des activités.

C'est le cas notamment des forêts du littoral qui permettent de fixer les dunes, d'éviter que le sable n'envahisse les villages et de jouer un rôle contre l'érosion provoquée par le vent. C'est également le cas des forêts de montagnes, essentielles pour lutter contre l'érosion des sols et limiter les risques de glissements de terrain, d'éboulement et les phénomènes de crues torrentielles.

La gestion de ces espaces implique pour l'ONF une sylviculture adaptée et une technicité de pointe.

Lire plus

La question écologique

La question écologique

La question économique

La question économique

La question économique

La forêt participe à l’économie de notre pays

Selon une étude du Programme des Nations-Unies pour l’environnement, 40% de l’économie mondiale reposerait sur les produits et processus écologiques. Pas étonnant dans ce cas que la forêt ait un impact sur l’économie. Construction, ameublement, matériaux isolants, emballages, ou encore palettes… Les usages de la forêt sont présents partout dans notre quotidien et permettent même d’alimenter industriels, collectivités et particuliers en bois combustible, une alternative écologique à l’utilisation des énergies fossiles.

La forêt : créatrice d’emplois

En France, la filière bois représente un secteur d’emplois plus important que le secteur automobile, avec pas moins de 425 000 emplois. A l’amont de la filière bois, on retrouve les salariés des propriétaires forestiers, les employés de l’ONF (ils sont près de 10 000), les organismes liés aux forêts privées et les équipes d’exploitation forestière. A l’aval, la filière regroupe de nombreux métiers liés aux scieries et au travail du bois (charpenterie, menuiserie…). Le chiffre d’affaires de la filière bois représente 60 milliards d’euros, dont 20 milliards pour les activités amont et 40 milliards pour les activités aval !

Le bois : une ressource abondante
Loin d'être surexploitée, la forêt française souffre de sous-exploitation : on ne récolte que 60% de ce qui pousse chaque année.
Volumes comparés du bois sur pied à la récolte (agrandir, nouvelle fenêtre 14 Ko)
Volumes comparés : gros pavé en vert foncé : le stock total de bois en forêt, dessous, en vert clair : le bois qui pousse en plus chaque année, enfin, en jaune : ce qu'on récolte chaque année.

La récolte de bois en forêt privée
23 millions de m3 de bois sont commercialisés chaque année par la forêt privée, soit 65.6% de la production nationale. La valeur de la récolte de bois en forêt privée est de 600 millions d'euros par an.

L'énergie bois : le combustible de demain
Le bois est une source d'énergie renouvelable qui se substitue aux énergies fossiles dont les ressources sont limitées (pétrole, gaz, charbon).

L'énergie bois constitue une excellente valorisation des petits produits de la filière (bois d'éclaircie, rémanents d'exploitation forestière) sous forme de bûches ou de plaquettes forestières.
L'énergie participe également à la gestion rationnelle des forêts et donc à la qualité des paysages et au maintien des équilibres hydrologiques et climatiques.

Le bois énergie permet d'ores et déjà d'économiser en France la consommation de 10 millions de tonnes équivalent pétrole par an.

Politique Européenne

Depuis 2014, elle encourage en effet une utilisation plus large du bois et un développement de la filière.
Le Fond Européen pour le Développement Rural (FEADER) est ainsi le principal fond européen en matière de soutien à la filière forêt-bois, notamment via le soutien à la filière bois-énergie et au renouvellement des ressources bois.
De manière générale, les politiques européennes favorisent en premier lieu la substitution d’énergie.

En 2017, il est bon d’envisager l’économie de la forêt d’un point de vue mondial et pas seulement national. En effet, les facteurs environnementaux qui alertent les autorités de la planète doivent être pris en considération dès lors que l’on parle d’économie de la forêt.
La notion de gestion durable n’est pas nouvelle : il s’agit d’un concept général défini depuis la Conférence de Rio en 1992.
De même, face aux inquiétudes des scientifiques ainsi que de l’opinion publique sur le sujet des gaz à effet de serre, il a été mis en place un système de lutte contre les changements climatiques.
Ce système s’est soldé par l’adoption du protocole de Kyoto, qui attribue officiellement aux forêts, le rôle de puits de carbone.

Et dernièrement, la 21ème conférence de l’ONU qui s’est tenue à Paris en 2015 dans le but de lutter contre les changements climatiques, a reconnu la place de l’agriculture et de la forêt comme « réducteurs d’émission de gaz à effet de serre ».
La forêt gérée durablement serait bel et bien une des solutions avancées pour lutter contre les effets du réchauffement climatique.

Lire plus

La question économique

La question économique

Contact

Contact

N’hésitez pas à nous contacter pour partager cette passion et participer à la vie de ce blog  ! Veuillez utiliser le formulaire ci-joint. Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.

A propos des feuilles de contact et de notre politique de confidentialité