Quelques arbres

Le Charme

L’arbre des haies abondant mais oublié.
Compagnon du chêne sessile et du hêtre, on me distingue facilement au milieu des autres arbres par mon tronc cannelé, comme formé de muscles longs et légèrement sinueux.
Je suis un arbre de taillis
L’écorce très mince du Charme épouse le tronc cannelé
Je suis le charme, Carpinus betulus pour les savants.
J’appartiens à la famille des Bétulacées, comme l’Aulne, le Bouleau et le Noisetier.
J’apprécie les sols neutres, assez riches, argileux et frais mais je redoute les humus acides et les sols marécageux.
Après le Hêtre et le Chêne, je suis l’arbre à feuilles caduques le plus abondant de France, surtout dans les plaines et sur les plateaux du Nord et de l’Est, où je constitue la base des taillis.
Je suis également souvent utilisé pour former des haies taillées, les charmilles.
De faible longévité, je ne vis en moyenne que jusqu’à 150 ans.
Je m’élève peu en montagne (1100 m).

Quelques arbres - charme-jeanmarcdelerue

Le Châtaignier

Chez les Celtes, le châtaignier était considéré comme le gardien des hommes et des bêtes jusqu’à l’année nouvelle.
Ses racines noueuses en ont fait un symbole de virilité. La châtaigne est longtemps passée pour un aphrodisiaque.
Enfin, symbole du purgatoire et du passage dans le pays des morts l’arbre creux symbolise un lieu de passage vers l’au-delà. On dépose encore dans de nombreuses régions de France et d’Espagne, des châtaignes dans les cercueils.
autrefois, les pauvres récoltaient les châtaignes, riches en glucides, sels minéraux et vitamines, pour en faire une sorte de pain (indigeste). A Privas, la confiserie produisait les “marrons glacés”, au XVIIIème siècle. On peut toujours en faire avec cette recette.
La châtaigne se mange cuite.
Le bois est imperméable et élastique. Il sert à fabriquer des piquets, notamment des piquets de vignes, des parquets, des tonneaux, mais aussi des panneaux de particules, de la pâte à papier, de la vannerie, des castagnettes, des meubles et lambris.
C’est aussi un excellent bois de charpente. Son odeur repousse les mouches. De ce fait, les araignées n’y tissent pas leur toile !
Il est exploité également en bois de chauffage, du fait de sa croissance rapide et de son aptitude au rejet de souche (il pousse en cépée).
L’écorce est riche en extraits tannants.
Essence de lumière ou demi-ombre, je peux me contenter de sols pauvres, acides ou sableux.
Il est aussi fréquemment planté dans les parcs publics ou utilisé pour former des haies à recépage facile.
Un de ses records est sa longévité ! Il atteint les 500 à 1.000 ans et il existe même en Sicile, sur une pente de l’Etna, un châtaignier colossal de 62 mètres de circonférence, âgé d’environ 3.000 ans.
Son tour de tronc avoisine facilement avec les 10 m et monte jusqu’à 35 m de haut. Impressionnant !

châtaignier-jeanmarcdelerue

Le Chêne

Je suis du genre Quercus, qui viendrait du celte « kaerquez », « bel arbre », et me décline en plusieurs espèces : chêne pédonculé et chêne sessile ou rouvre en France ; mais aussi chêne vert, chêne liège, chêne chevelu, chêne blanc.

Qui mieux que moi symbolise la force et la majesté ?

De 40 m de hauteur, de tronc droit et puissant – jusqu’à 2 m de diamètre, voyez-un peu la chose – une longévité qui se compte en centaines d’années, des racines profondes et des branches massives et tortueuses, mon nom est Chêne !
Je suis tellement impressionnant que mon nom grec, dru, signifie “arbre”, rien que ça !
Tout comme le Châtaignier et le Hêtre, j’appartiens à la famille des Fagacées, du grec phago, “manger”, en référence à mes glands comestibles.

chêne-jeanmarcdelerue

Les Erables

Symbole du Canada, ma feuille est bien reconnaissable : je suis l’Erable.
Ou plutôt les érables. Tous du genre Acer, seul représentant de la famille des Acéracées (acer signifie dur en latin), ils déclinent en plusieurs espèces, environ 150 !
Quelle que soit leur espèce, leur feuillage est caduc.
Leurs feuilles sont toujours opposées, en disposition décussée, c’est-à-dire que deux paires se suivent en tournant à angle droit.
Ils fleurissent généralement à la fin de l’hiver ou au début du printemps. Leurs fruits sont des samares – fruit sec indéhiscent muni d’une excroissance en forme d’aile membraneuse – doubles en hélice.
Grâce à cette forme, les graines peuvent ainsi être transportées sur des distances considérables par le vent.

Quelques-uns des érables :
1. l’Erable champêtre, Acer campestre, originaire d’Europe et d’Asie centrale, est souvent planté en haies. Petit arbre de 12 à 15 m, il peut cependant atteindre les 25 m de haut en forêt. Ses samares ont leurs deux ailes rétrécies à la base
2. l’Erable à sucre, Acer saccharum, ne se trouve qu’en parc. Sa sève recueillie au printemps à la monte de la sève donne les délicieux sucre et sirop… d’érable
3. les espèces japonaises sont de magnifiques petits arbres qui offrent à leurs admirateurs de très belles couleurs automnales et leur silhouette délicate, due à leurs branches sinueuses.
4. l’Erable de Montpellier, Acer monspessulanum, abonde en France dans le Languedoc et la Provence. Il porte une couronne en forme de dôme, très largement branchu :
Feuilles opposées, coriaces, pétiole de 3 cm dépourvu de latex. Limbe long de 3 à 6 cm, large de 4 à 8 cm, présentant 3 lobes ovales à bord entier. En automne, le feuillage arbore une teinte jaune-vif, plus rarement rouge.

Fleurs jaunes (avril-mai) en inflorescences pendantes à l’extrémité des rameaux.

Fruits : des disamares relevées en U, renfermant 2 nucules globuleuses. A maturité, ces “ailes” deviennet rouges. Petits bourgeons à écailles brunes, presque glabres.

Ecorce grise, lisse, se fissurant avec l’âge.

Sud de l’Europe, régions de vignobles. L’érable de Montpellier est remonté vers le Nord : Est de la France et moyenne vallée du Rhin où il est rustique, malgré ses préférences méridionales.
Habite les forêts mixtes thermophiles, de feuillus et broussailles. Bonne croissance dans les sols calcaires, limoneux à limoneux-sableux. Evite les sols acides.

Longevité : 150 ans. Multiplication par semis.
Pathologie : Peu sensible aux maladies des érables. Porte parfois Peniophora quercina.
Intérêt : Bois de bonne qualité, dur, nerveux, jaune roussâtre ou roux : menuiserie, ébénisterie et tournerie. Arbre d’ornement au feuillage léger, jaune ou rouge en automne. Peut être utilisé en arbres d’alignement, ainsi que haies et rideaux pare-feu dans le Midi. Bon bois de chauffage. Sa masse volumique est de 550 à 750 kg/m3. Espèce mellifère.

Le Merisier

“Merisier” vient du latin “Amarus cerasus”, “cerise amère”, mais son nom latin scientifique est Prunus avium.
Le Merisier appartient à la famille des Rosacées, famille cosmopolite d’au moins 2.000 espèces, répartis dans une centaine de genres et réunissant des plantes herbacées vivaces, des arbustes et des arbres !
Les cerisiers de culture sont ses descendants !
Prunus avium, en latin et en français merisier, guigne, bigarreau, cerisier des bois, guignier sauvage.
Prunus est le nom générique latin pour ces fruitiers, avium fait référence au fait que les oiseaux (avis) dispersent mes graines après les avoir mangées.
Originaire du Moyen-Orient, il s’agit d’un grand arbre robuste à fût droit et cylindrique, pouvant atteindre 25 m de haut. Il est plutôt élancé et mon écorce rugueuse se détache par lanières horizontales, luisantes, brun rougeâtre. Ses feuilles caduques sont alternes, pendantes, oblongues et dentées. Elles mesurent une quinzaine de centimètres. Grâce à deux petites glandes rouges à leur base, je suis facile à reconnaître.
Sa durée de vie ne dépasse pas le siècle.
Commun un peu partout en France, sauf dans le Midi méditerranéen, il est présent globalement sur 32.000 hectares.
En avril-mai, il se pare de jolies fleurs groupées en bouquets, longuement pédonculés, à pétales blancs longs de 1 à 2 cm.
Ses fruits – on les appelle merises – sont des drupes, c’est-à-dire un fruit charnu à noyaux. Rouge foncé puis noirs, il sont sucrés ou acides.
Ils sont à la base du kirsch en Allemagne et du cherry-brandy en Angleterre.
Son bois saumoné à la structure compacte fait le bonheur des sculpteurs, des ébénistes et des menuisiers.
Il sert en effet surtout pour la décoration et l’ameublement sous forme de placages, tabletterie, en lutherie et pour les pipes.

merisier-jeanmarcdelerue

Quelques arbres

Quelques arbres

Quelques arbres